Top
Last Post

"Golfez Maroc" est un slogan. Slogan de rassemblement, slogan d'engagement et slogan de découverte. De notre côté, nous ferons tout pour que vous trouviez sur ce site, et ses pages, les informations qui vous donneront envie d'aimer le Maroc du Golf.

Weather Report Marrakech, MA
+10.0°C

Maha HADDIOUI, proette du Ladies European Tour

MAHA HADDIOUI
Née en 1988 à Casablanca.
Débute le golf en 2001, à l’âge de 13 ans au Golf du Soleil à Agadir.
Championne du Maroc junior en 2002.
Commence à représenter le Maroc dès 2003 lors de compétitions internationales en Europe.
Professionnelle dès 2010.
Devient, en 2012, la 1ère golfeuse professionnelle Marocaine et arabe à rejoindre l’European Tour.
21ème de la Coupe Lalla Meryem 2016.
Classée 51ème du Ladies European Tour (15/05/2016) et 578ème mondiale (31/05/2016)

Ambassadrice de charme du golf de Tazegzout.

La saison 2016 de Maha commence par les premiers sésultats probant de son nouveau coaching mental. Elle espère ainsi pouvoir rentrer dans le top 10 des tournois sur lesquels elle s'engage.

Son objectif, les Jeux Olympiques de Rio. 

 

→ Peux-tu te présenter en quelques mots ?                                

Alors, je ne sais pas trop par où commencer ... Je suis née à Casablanca mais Gadiri de cœur car j’ai grandi à Agadir. J’ai commencé le golf à l’age de 13 ans au Golf du Soleil à Agadir. C’est ma 4e année sur le Ladies European Tour. En dehors du golf, ma plus grande passion reste les animaux et surtout les chiens : j’en ai six, et si il n’y avait pas mes parents pour m’en empêcher, je pense que j’en aurai eu une vingtaine (au moins …) !
 
→ Dans les grandes lignes, quel est ton parcours? (scolaire, golf ...)
J’ai fait mon lycée au Lycée Français d’Agadir et suis partie aux USA après mon baccalauréat. J’ai pris cette décision quand j’avais seize ans : j’avais décidé de me donner une chance de passer professionnelle et les Etats Unis étaient ma seule option pour pouvoir continuer à jouer au golf, évoluer dans le haut niveau amateur tout en poursuivant mes études.  C’était une super expérience et j’ai beaucoup progressé là bas.  Je reçois deux fois le titre de « Golfer of the Year » par l’Etat de Floride et deux fois dans mon université. En revenant des Etats-Unis, fin 2010, je décide de passer professionnelle et j’obtiens ma carte pour le Ladies European Tour en Décembre 2012.
 
→ Qu’est ce qui t’a donné envie de faire ce sport ?
Je me suis retrouvée dans un golf complétement par hasard après un déjeuner en famille. Je ne voulais d’ailleurs pas essayer au début. C’est ma mère qui m’a dit « d’essayer avant de juger » , bien que personne dans ma famille ne jouait au golf. C’est mon premier coach Jean-Marie Kazmierczak qui m’a fait aimé ce sport. Il a su me transmettre sa passion du golf et au bout d’un mois de cours, j’étais complétement accro ! Mes parents me confisquaient parfois mes clubs pendant les vacances scolaires pour pouvoir me voir un peu.
 
→ Quel conseil donnerais-tu à un(e) jeune golfeur désirant en faire son métier ?
Je dirai que c’est un chemin difficile sur plusieurs points : il faut faire beaucoup de sacrifices et de concessions pour y arriver et ça demande énormément de patience. Il faut aussi être curieux, ne pas avoir peur d’expérimenter de nouvelles choses. Il est aussi très important d’être bien entouré et d’avoir un team autour de soi, un cocon protecteur que l’on se construit au fil des années. Enfin je dirai qu’il n’y a pas plus beau comme sensation qu’un putt décisif qui rentre sous pression quand on a passé des heures à s’entrainer. Rien que d’en parler, ça me donne la chaire de poule !
 
→ Quelles sont les étapes ou moments les plus importants ou les plus marquants dans ta carrière/ vie personnelle ?
Pour l’instant ça reste le fait d’avoir eu et de conserver mes cartes pendant quatre années consécutives. Disons que ça me conforte dans l’idée que j’ai ma place sur le Tour. En amont, je pense que c’est le fait d’être allée aux Etats Unis faire mes études et jouer des tournois quasiment chaque semaine qui m’y a bien préparé.
 
→ Ta saison est exceptionnelle, peux-tu en donner les grandes lignes et les raisons de cette progression ?
Je pense avoir gagné en maturité sur le tour. J’en suis à ma 4e année ce qui me donne confiance. J’ai une très bonne équipe soudée autour de moi. On communique beaucoup ce qui permet de relier le mental à la technique et à ma stratégie sur le parcours. On travaille tous dans le même sens et vers les mêmes objectifs. J’ai mis l’accent sur ma préparation mentale cette année car mon swing est de plus en plus solide.
 
→ Quels sont tes objectifs pour la 2ème partie de la saison (J.O., LET,…) ?
Mon objectif sur le LET cette année est de finir dans le Top 30. Je suis pour l’instant à la 46e place après avoir joué seulement trois tournois sur les sept depuis le début de l’année donc c’est largement faisable.
Je suis pour l’instant 3e réserve pour les JO. Il n’y a malheureusement plus de tournois comptant pour le ranking des JO donc je ne pense pas y participer. Après, rien n'est impossible !
 
→ Que penses-tu du retrait des leaders homme des J.O. ? Y a-t-il la même attitude chez les femmes ?
Je pense que c’est vraiment dommage pour le retour du golf aux JO qu’autant de joueurs se soient retirés. J’espère que cela n’affectera pas l’avenir du golf aux Jeux Olympiques après Tokyo. Contrairement aux hommes, il n’y a eu pour l’instant aucun retrait des JO chez les femmes. Les JO nous font plus rêver malgré le virus Zika !
 
→ Comment est composé ton team en 2016 ?
Je travaille toujours avec Patrice Leglise et Laurent Jockshies au putting. Je travaille également pas mal avec Patricia Meunier Lebouc depuis un an et demi. J’ai aussi une préparatrice mentale : Nicole,  et un nouveau caddie cette année qui travaille sur le Tour Européen depuis plus de vingt ans. En dehors du coaching, j’ai la chance d’avoir le soutien et l’aide de l’ATH.
 
→ Le Maroc compte maintenant 40 golfs en fonction, et pourtant il semblerait qu’il y ai peu de nos représentants sur les circuits internationaux (AM et PRO), qu’en penses-tu ?
Il y a de plus en plus de golfs au Maroc et je pense que le nombre de représentants augmentera aussi en conséquence : ça prend plus de temps de « construire » un joueur de haut niveau qu’un golf.
Je pense que l’on manque de tournois au Maroc.  Il faudrait qu’il y ait des tournois pour tous les niveaux. Ceci contribuera à créer une bonne dynamique et une bonne émulation chez les jeunes. Je trouve qu’il y a eu de gros efforts à ce niveau là cette année ; il y a de plus en plus de compétitions nationales amateurs organisées par la Fédération et de tournois professionnels organisés par l’ATH.
Malheureusement, on ne peut pas tout faire au niveau national. Il est aussi du ressort des clubs d’organiser des compétitions afin de créer une ambiance de club dynamique. J’ai eu la chance de faire mes débuts golfiques au sein d’une académie où nous étions une vingtaine de jeunes joueurs et d’un club qui organisait des compétitions presque tous les dimanches.
 
→ Quel serait ton classement des golfs nationaux, et pourquoi ?

En première place je mettrai le Golf de Tazegzout et le Royal Golf de Dar Essalam. Taghazout car j’aime beaucoup son côté links et son entretien toujours parfait ; et Dar Es Salam surtout après sa rénovation : je suis une grande fan du parcours bleu surtout dans les conditions dans lesquelles on a pu le jouer pendant la Coupe Lalla Meriem.
Ensuite, les golf de Samanah et de Mogador à Essaouira car les zones d’entrainement sont exceptionnelles, et le golf du Soleil pour sa difficulté au driving.
 
→ Tu sembles prendre du plaisir à jouer au Tazegzout, peux-tu nous donner quelques conseils pour apprécier ce parcours ? Que mettre dans le sac ?
Oui je m’entraine tout les jours à Tazegzout, et pas simplement car je suis leur ambassadrice. J’ai la chance de pouvoir jouer sur des greens de tournois toute l’année et c’est une chance incroyable.
C’est un parcours qu’il faut jouer intelligemment. Les ravins peuvent être très pénalisants donc la mise en jeu est primordiale. C’est le genre de parcours qu’il ne faut pas essayer d’agresser.
Les greens sont très pentus et les pentes sont difficiles à lire ; c’est la plus grande particularité de ce parcours.
Que mettre dans le sac ? Son calme et sa patience haha !
 
→ Quelques questions pour tes fans :

1.     Que trouve t’on dans ton sac ?
Bois Titleist, Fers Titleist du Fer 4 au Pw. Trois SW : 50, 54 et 58 degrès. Et un putter Edel que j’ai fait faire sur mesure avec Carpe Diem gravé dessus.
Beaucoup de balles et de tees. Mes sticks d’alignements. Des figues. Mon Bushnell et de la crème solaire SPF 100.

2.      As-tu un objet fétiche ?
Un brume d’oreiller à la menthe et l’eucalyptus que je mets sur mon gant. Dès que je suis tendue sur le parcours, il me suffit de sentir mon gant et ça me détend.

3.     Ton plat préféré ?
J’adore la cuisine Thai.. je dirai le Green Thai Curry !
 
4.     Ton restaurant préféré ?
Le resto du golf à Tazegzout et Green is Better Salad Bar (même si on en n'a pas encore à Agadir).

5.      L’endroit où tu retrouves tes amis ?
A Paradis Plage ou à Taghazout. J’adore la mer.
 
→ Un message à faire passer à tous ceux qui vont te lire ?
Merci pour votre soutien tout au long de l’année ! Bon golf et continuez à m’envoyer vos bonnes ondes !